11 Mar 2015
  • Conférencier: François BOULOC

La mobilisation économique en 1914-1918 : étatisme ou capitalisme ?

La conférence portera sur l'organisation de la production de guerre en France principalement, avec des éclairages comparatifs sur l'Angleterre et l'Allemagne. Face aux immenses besoins de tous ordres (armement, ravitaillement, équipement, transports...) engendrés par une guerre industrielle de quatre années et demi, l’État et l'Armée, qui avaient anticipé une guerre courte du type de celle de 1870, doivent improviser des solutions. Un système mixte, inédit et politiquement original, va être structuré dans le cours de l'année 1915. L’État, représenté par des personnalités comme Albert Thomas ou Étienne Clementel, va travailler en étroite association avec les gros industriels et les principales filières de l'économie, qui doivent de leur côté opérer de gros efforts de conversion pour correspondre aux besoins militaires (le fabricant d'escarpins devenant fabricant de brodequins...).

Ce système mixte, assez technocratique, va être à même de fournir le nécessaire aux armées. Fondé sur l'incitation plus que sur la réquisition, il va aussi être à l'origine d'importants profits de guerre. A plus long terme, le premier conflit mondial vu sous cet angle est donc aussi un jalon important dans l'histoire économique, une sorte de premier acte des diverses formes d'étatisme qui apparaissent à partir de l'entre-deux-guerres.

François BOULOC, enseignant, docteur en histoire