21 Jan 2016
  • Conférencier: Jérôme VIALARET

Camille DOULS, explorateur du XIXe siècle

« Moi, disait le philosophe Ortega y Grasset, je suis moi et mes circonstances ». La phrase s’applique particulièrement à Camille Douls.

Natif de Séverac-l’Eglise, le goût de l’aventure, le rêve, l’aspiration aux horizons lointains lui sont insufflés dès son plus jeune âge par son père François, ancien de la conquête de l’Algérie. La rencontre avec le nîmois Paul soleillet, explorateur de la Mauritanie et des franges sahariennes, l’ancre un peu plus encore dans sa vocation de découvreur de mondes. Il n’aura de cesse, désormais, de marcher sur les traces de René Caillé, Oscar Lentz ou Henri Duveyrier, lequel, un jour, le prendra sous sa protection. Le Sahara, « pays de l’imprévu », devient son obsession, l’inconnu, sa soif et sa raison de vivre.

Doté d’un courage hors norme, que ne trahit point un physique chétif, son intelligence et son sens de l’observation lui ouvriront les portes de la prestigieuse Société de Géographie de Paris à 23 ans seulement. Il mourra l’année suivante, dans les sables sahariens qu’il avait contribué à faire connaître et qui sont aujourd’hui, à nouveau, sous les feux de l’actualité. Qualifié d’ « exemplaire » par le prix Nobel de littérature J.M.G. Le Clézio, son héritage s’est transmis jusqu’à nous.

Et l’Aveyron, par Camille Douls, compte parmi les lieux de France qui ont contribué à la connaissance du monde.


Jérôme VIALARET, avocat et historien.