05 Avr 2016
  • Conférencier: Nicole LAIR

L’épopée des parfums à travers l’histoire : des temps obscurs à la Grèce antique

Depuis toujours, l’homme est sensible au parfum, des civilisations anciennes en témoi-gnent. Les échanges commerciaux, autour de la Méditerranée, ont favorisé l’appropriation des produits odorants. C’est dans la Grèce antique et en Egypte que l’on trouve les traces et le rôle de l’utilisation des parfums, à travers des vases à libations, flacons à huiles par-fumées, boîtes à cosmétiques…

L’attrait pour les molécules odorantes, vecteurs de communication auxquels l’homme est sensible dès sa naissance ont accompagné les premières civilisations de notre histoire. Plantes odoriférantes, supports de l’écriture, recherches archéologiques et nouvelles tech-nologies à la clé, il suffit de remonter le temps pour que défilent les témoignages que les civilisations nous ont laissés.

A la recherche de produits odorants, les premières civilisations qui s’étaient implantées au-tour du Tigre et de l’Euphrate, celles qui allèrent jusqu’au frontières de l’Indus et de la Mongolie, celles ancrées au bord du Nil, puis dans toute la Méditerranée, furent impliquées dans un système marchand élaboré, contribuant largement au tracé des routes commer-ciales. Et, très tôt, associant bois odorant, huiles parfumées et cosmétiques, tout l’art des parfumeurs était en gestation. Partant d’une époque obscure de la Grèce antique, le temps nous a laissé des objets façonnés avec art par les potiers, tailleurs de pierre, ver-riers, fondeurs… Ils révèlent à l’envi, innovations techniques où ingéniosité et demeurent de précieux témoins des us et coutumes des civilisations de notre passé. Ils sont les té-moins d’une époque où l’usage des parfums fut d’abord largement dévolu aux Dieux. Alexandre le Grand, de retour d’Orient, fit connaître à la Grèce de nouvelles fragrances végétales et quatre senteurs animales encore utilisées aujourd’hui.

Le Parfum mot apparu en 1528 a permis aux hommes de s’affranchir des mystères de l’éternité. Il avait beaucoup plus d’importance qu’aujourd’hui.


Nicole LAIR, professeur honoraire d’université, conférencière.